Association « Les Z’Herbes Folles »

Ferme Pédagogique de Pontoise

2 rue des Pâtis

95300 PONTOISE

  • Facebook Clean

Téléphone : 01 30 32 03 72

Mail :leszherbesfolles@gmail.com

La ferme de Pontoise

Le 1er mars 2013, le château de Marcouville de Pontoise aménageait une partie de son parc afin d’accueillir une ferme pédagogique gérée par l'association "Les Z'Herbes Folles" en partenariat avec la Ville de Pontoise.

Depuis son ouverture, pas moins de 28 000 personnes de tous âges sont venus visiter la ferme pédagogique du château de Marcouville.

 

L'aménagement de la ferme : Cinq bâtiments en bois destinés à abriter les animaux, ainsi que 2 salles chauffées réservées aux activités mises en place par la ferme ont été installés dans ce parc, lui apportant alors un air de campagne en contraste avec l'esthétique du jardin façonné à l'anglaise :  Poules, dindons, oies, pintades, canards, lapins, cochons, moutons, chèvres, âne, cheval, poney et vache se partagent le terrain pour le bonheur de tous.

A la  ferme, plus de 140 animaux sont visibles, tous choisis pour  leur qualité physique, comportementale. Les espèces en voie de disparition y sont protégées.

 

Afin de faciliter l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite et les poussettes d'enfants, un chemin bétonné arpente la ferme.

 

Et pour une initiation optimale, des panneaux pédagogiques sillonnent les allées afin de vous présenter les races domestiques françaises protégées par la ferme.

 

 

Le parc du château de Marcouville


La légende du parc du château de Marcouville court depuis plus de trois siècles. Le jardin “à la française”, niché dans ce “poumon vert” situé au fin fond de la Vallée de la Viosne, aurait été dessiné par André Le Nôtre. Au XVIIème siècle, le jardinier du roi Louis XIV a conçu les sublimes parcs du château de Versailles, de Vaux-le-Vicomte et de Chantilly, mis en valeur par des allées symétriques, des miroirs et des jeux d’eau. Or, on retrouve dans le parc de Marcouville la “signature” de ce paysagiste renommé, qui aurait un temps travaillé pour le cardinal de Bouillon à l’abbaye Saint-Martin de Pontoise. Les trois terrasses superposées, l’allée du jeu de Paume, les deux bassins de 900m² chacun et les espaces d’intimité sont en effet  très organisés et symétriques. Trouble coïncidence.

Au XVIIème siècle, le château, à l’entrée du domaine, existe déjà. Le seigneur de Neuville, Louis de la Grange-Trianon, conseiller au Parlement de Paris, l’a fait édifier en 1604. Ce grand corps de logis, qui prend des airs de maison de campagne, connaîtra bien des vicissitudes puisqu’il sera partiellement détruit en 1789 puis à nouveau mis à mal lors d’un bombardement en 1944. Le Pontoisien Denis Lemercier le reconstruira en “style Directoire” au début du XIXème siècle. Les architectes Bader et Dauzet uniront leurs efforts pour le restaurer entre 1952 et 1957. Au XIXème siècle, la famille Michez, propriétaire ayant fait fortune dans l'Industrie, acquiert le domaine et transforme le parc en jardin “à l’anglaise”. Même si le style “Le Nôtre” très ordonné reste visible, des allées sinueuses, des passerelles et une rivière en rocailles apparaissent alors pour inviter le promeneur à la rêverie. La famille Kerlero de Rosbo, propriétaire du domaine de 1875 à 1980, parle d"enchantement”. Au fil du temps, néanmoins, des travaux d’élagage et de mise en sécurité du parc deviennent nécessaires. La Chambre du Commerce et d’Industrie du Val-d’Oise (CCI), qui rachète le domaine en 1982, émet les premières idées de requalification. Mais c’est Mais c’est finalement la Ville, devenue propriétaire en 2008, qui réalise ces travaux.

 

Un site naturel classé : Le parc de 5,7 hectares du château de Marcouville constitue un conservatoire unique de végétaux acclimatés en France depuis le XVIIème siècle. Des arbres remarquables et des essences exceptionnelles bicentenaires s’y sont développés.

 

Les espaces déjà ouverts
- le jardin “à la française", composé de massifs, de buis et de perspectives symétriques ;
- l’allée du jeu de Paume invitant à la flânerie telle une “forêt cathédrale" composée d’arbres remarquables et bicentenaires ;
- le belvédère situé à l’arrière du château permettant de surplomber les deux bassins ;
- la cour pavée du château ;
- la ferme de Pontoise.

 

Depuis janvier 2016, le château de Marcouville, rebaptisé « la Maison des Arts »  et sa maison de gardien accueillent les associations de pratiques artistiques de Pontoise, ville « d’Arts et d’Histoire ».